Accueil

Epidémie de COVID-19(coronavirus 2019)
Informations et recommandations pour les PVVIH

ALLER à la page des dernières nouvelles ICI

source; copie des recommandations de l’inter-COREVIH Ile de France

Qu’est-ce que le COVID-19 ?
Il s’agit de la diffusion épidémique d’un virus respiratoire dont la présentation, les risques, et les modes de transmission sont assez proches de ceux de la grippe saisonnière. Ce virus appelé COVID-19 occasionne dans plus de 80% des cas des symptômes mineurs marqués par une toux sèche et une fièvre. Cependant, dans 15% des cas environ formes plus sévères (avec difficultés respiratoires) sont observées en particulier chez les personnes âgées ou fragiles.
Les personnes infectées par le VIH ne sont a priori pas plus à risque que les autres, de faire une forme grave à condition d’avoir des CD4 suffisants (>200/mm3) et un virus contrôlé sous traitement antiviral.
Les facteurs de risque d’avoir une forme grave sont les mêmes que dans la population générale, à savoir :
• Age >70 ans
• Insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, asthme sévère, bronchopathie chronique obstructive
• Diabète mal compensé, autres comorbidités sérieuses
• Déficit immunitaire lié à d’autres maladies (cancers, transplantation etc…) ou aux traitements immunosuppresseurs
• Et, pour les PVVIH, infection non traitée avec charge virale détectable, et/ou taux de CD4<200/mm3

Recommandations de prévention
Dans le semaines qui viennent, de nombreuses personnes vont développer cette infection en France. Pour limiter au maximum le risque de diffusion rapide du virus il est important de respecter certaines recommandations de prévention qui sont les mêmes que dans la population générale : éviter les rassemblements et les activités de groupe en atmosphère confinée ; éviter les embrassades, les poignées de mains, et les contacts rapprochés (<1 mètre) ; se laver soigneusement les mains régulièrement avec du gel hydro-alcoolique, ou encore mieux avec de l’eau et du savon ;
Les patients considérés à risque (cf critères ci-dessus : patients avec comorbidités…), et seulement ceux-ci, pourront bénéficier d’une prescription médicale de masques de protection et de soluté hydro-alcoolique (ordonnance à faire établir par le médecin traitant, matériel disponible en pharmacie de ville si prescription médicale).
Il paraît opportun de rappeler que la vaccination contre la grippe et le pneumocoque reste recommandé dans ce contexte.
En l’absence de masques, vous pouvez mettre devant votre bouche et votre nez un foulard à condition de le laver régulièrement. Afin de vous éviter des déplacements et des attentes en salle de consultations, des téléconsultations vont être organisées avec vos médecins par la plupart des hôpitaux. Les équipes médicales resteront bien entendu disponibles pour vous voir en cas d’urgence.

Recommandations de prise en charge
Si vous présentez une fièvre et une toux sèche et ou une difficulté respiratoire, contacter votre médecin traitant ou votre référent pour le VIH d’abord par téléphone, ou bien le 15. Ils vous donneront les directives pour votre prise en charge qui vous indiqueront si un prélèvement COVID est nécessaire.
Le prélèvement COVID est un prélèvement rhinopharyngé qui est réalisé en fonction en fonction de l’état clinique du patient
En conclusion, le Covid 19 est une infection respiratoire qui n’est pas particulièrement grave chez la plupart des patients, plus sévère chez les personnes âgées et les sujets fragilisés, mais dont le caractère épidémique, plus que la gravité intrinsèque, met en tension la société et le système sanitaire. En cas de besoin, contactez votre médecin traitant ou le service référent pour un avis circonstancié.

Pour en savoir plus, cet article en francais ( 12 millions de vues!! ) a prendre avec du recul . Les remarques de France Culture sur cet article.

et pour ceux qui veulent encore approfondir la toute récente conférence internationale CROI


ACTIF Santé, une association qui innove

Historiquement créée pour aider les patients à faire face aux effets secondaires des traitements du VIH, l’association est aujourd’hui confrontée à un nouveau défi ; celui de les aider à bien vieillir avec le VIH et de transférer les compétences acquises aux malades d’autres pathologies.
Les traitements parfois et le VIH lui-même provoquent une inflammation résiduelle qui entraine des risques supplémentaires de contracter des maladies du cœur, du diabète et des cancers….

Cela signifie un nouveau parcours de soins, dans d’autres services, avec d’autres médecins plus « traditionnels ». Fini le cocooning et la relation de partenariat très particulière établie avec les équipes VIH.
Pour accompagner ces patients, il devient nécessaire de développer une nouvelle expertise dans de nombreux domaines, et ainsi de regrouper des malades de tous horizons et de partager ensemble les savoir faire.
C’est pourquoi en 2018 ACTIF Santé s’est ouverte à toutes les maladies chroniques en inscrivant cette nouvelle orientation dans ses statuts et en travaillant avec de nouveaux volontaires qui vivent avec une ou plusieurs maladies chroniques .

Nous avons donc développé des programmes de formation pour partager l’expertise acquise, en plaidoyer, en coopération, en animation communautaire et en démocratie en santé puisqu’ACTIF Santé a reçu du Ministère des Solidarités et de la Santé le très rare agrément d’habilitation à réaliser les formations des Représentants des Usagers du système de santé.( http://formationdemocratiesante.org)

  • Ce site internet sera progressivement transformé pour répondre à ces défis et ouvert sur des maladies chroniques et/ou qui dégradent sérieusement la qualité de vie de ceux qui en souffrent.

Nous avons créé depuis deux ans, une plateforme collaborative de travail pour les représentants des Usagers (toutes pathologies), accessible sur inscription. Nous allons dupliquer ce dispositif pour le rendre spécifique à d’autres maladies.